Vous est-il déjà arrivé de recevoir un cadeau qui vous auriez préféré ne jamais avoir ? Le genre de cadeau où vous vous forcez à sourire pour ne pas offenser quelqu’un ?

C’était mon cas lorsqu’on m’a offert ce que je considérais clairement comme un gadget inutile : un espèce de bout de plastique noir et transparent en forme de cône, posé délicatement sur un petit présentoir.

Tout content de son cadeau, mon beau-père m’a alors expliqué : « Regardes, tu verses le vin de ce côté, et il ressort par ce trou après avoir été agité par l’appareil. Ça te permet d’aérer ton vin en une seconde, c’est vraiment super ! ».

Trop concentré sur mon sourire, je ne faisais pas vraiment attention à ce qu’il me racontait. Pour moi, c’était un morceau de plastique qui allait prendre de la place dans mes placards sans aucune raison. Mais c’était un cadeau, et il fallait bien faire bonne figure. Heureusement, la suite allait me faire changer d’avis.

De retour chez moi ce soir-là, j’ouvre justement une bouteille de vin rouge avec ma femme. Nous ne sommes pas de grands amateurs de vin et nous n’y connaissons pas grand-chose. Nous savons juste lorsque nous aimons un vin ou lorsque nous ne l’aimons pas. Malgré ces lacunes, nous décidions d’essayer le petit gadget pour voir si cela changeait le goût du vin.

Nous débouchons donc une bouteille de Picpoul de Pinet, laissant le « pop » retentir dans la salle à manger un bref instant. Dans un premier verre, nous versons le vin tel quel, comme nous l’avions toujours fait jusqu’alors. Produit dans l’Hérault, ce vin blanc est l’un de nos préférés depuis que nous en avons goûté chez ma belle-famille. Dans un second verre, nous versons le vin, mais en passant par le petit gadget afin de l’aérer.

Pendant un moment, nous avons laissé l’arôme du vin emplir la pièce et nous avons humé son parfum en fermant les yeux. Puis, sans laisser le temps au premier verre de s’aérer naturellement, nous avons goûté tour à tour le premier puis le second verre. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque la différence de goût entre les deux verres m’est apparue aussi clairement que le nez au milieu de la figure !

Pour moi, ce fut une révélation. Le point d’honneur que mettent les amateurs de vin à aérer leur vin faisait une telle différence ? Comment avais-je pu passer à côté d’une telle chose pendant tellement d’années ? C’était décidé : désormais, je boirai mon vin aéré.

Après quelques recherches, j’ai découvert qu’aérer son vin permet en réalité d’oxygéner les tanins et ainsi de réduire le goût tannique du vin.

Cher lecteur, je n’ai pas écrit cet article pour vous pousser à acheter un gadget qui vous permet d’aérer votre vin en un instant. Mais si jamais vous avait l’occasion, au final j’ai trouvé ça super. Cela dit, vous pouvez tout simplement aérer votre vin en le faisant tourner dans votre verre délicatement (oui, ce geste qui peut paraître tellement superficiel et aristocratique a en réalité une véritable utilité).